House Of Wolves

House of Wolves Texas
House of Wolves is the music project of Rey Villalobos, the band name's origin coming from the translation of Villa-lobos from Spanish to English.
A Los Angeles native, Villalobos' family originates from two different sides of the globe - Cananea Sonora México and Francavilla al Mare on the Italian Adriatic Coast. Rey grew up a classically trained pianist, citing Chopin as his first and main musical influence.

House of Wolves debut album Fold In The Wind presents a warm, ethereal, and poetic collection. While beautifully eerie in acoustic form, the songs are filled with "colorful symphonic sustain that decorates spacious arrangements" blended with Villalobos' haunting melodies and tender voice they call to mind Elliott Smith, Sufjan Stevens, and Beach House.

The album was produced and mixed by John Askew (The Dodos, Alela Diane).

Over the past few years Villalobos has been spending much of his time touring Europe & the U.S, opening up for:
The Tallest Man On Earth, Sharon Van Etten, Damien Jurado, Villagers, Gardens & Villa, The Middle East, Blind Pilot, Fanfarlo and more.

Basé à Los Angeles, le songwriter Rey Villalobos a enregistré seul son premier album sous l'alias House Of Wolves. Saisissant coup d’essai, Fold In The Wind décline onze mélodies poignantes et délicates, portées par une voix unique, réminiscence androgyne d’Elliott Smith. Guitare, piano, cuivres et cordes habillent ces chansons d’amours défaites et romanesques, dont la beauté diaphane saisit immédiatement et durablement, comme un coup de foudre sans fin.

House Of Wolves est le projet de l’Américain Rey Villalobos, songwriter basé à Los Angeles, où il est né d’une mère d’origine italienne et d’un père d’origine mexicaine. Le projet doit son nom à une traduction du nom de famille de Villalobos (littéralement, “la maison des loups” en espagnol). Son premier album, Fold In The Wind est une collection de chansons dont l’évidence mélodique et la beauté nue va frapper les esprits. Enregistrées à Portland (Oregon) avec le producteur John Askew (The Dodos, Peter Broderick, Alela Diane) en une quinzaine de jours éparpillés sur deux années, elles témoignent d’une sensibilité à fleur de peau, incarnée par un chant délicat et des arrangements discrets mais sublimes.

Les doux paradoxes de House Of Wolves
Rey Villalobos est pianiste de formation mais compose ses chansons à la guitare acoustique : “c’est plus instinctif… Pour moi c’est un bout de bois avec des repères, alors que le piano m’est beaucoup plus familier, je connais très bien la technique, les accords. Or je veux garder les choses simples et la guitare est importante pour ça.” Pianiste, guitariste mais aussi batteur, Villalobos a enregistré seul l’essentiel des chansons de Fold In The Wind, faisant à l’occasion appel à un trompettiste et une violoniste pour étoffer des chansons, sans jamais briser cette impression de fragilité qui les rend si précieuses. On y entend les influences de toujours du songwriter : les Beatles (et plus précisément John Lennon) et Chopin : “Enfant, j’ai appris le piano et étudié la musique classique et je suis vraiment tombé amoureux de Chopin et plus précisément de ses Nocturnes”. Toujours portée par une énergie pop, la douceur vénéneuse des chanson de House Of Wolves a un étrange sens du rythme, certainement hérité d’autres amours d’adolescence, les Pixies et John Bonham, batteur de… Led Zeppelin.

Un loup solitaire
Impossible pour Rey Villalobos de se souvenir du dernier disque acheté et encore moins de citer des groupes à qui le rattacher. Il cite Lower Dens et Low mais se décrit volontiers comme “un loup solitaire”. Pas par coquetterie mais par fidélité à des chansons très personnelles, que la simplicité arrache à leur époque. Pour autant, Villalobos admet la pertinence d’une comparaison qui revient souvent, celle avec le regretté Elliott Smith, avec qui il partage une formation classique au piano, un goût immodéré pour les Beatles et les progressions d’accord, et une voix à la fragilité bouleversante.

Des peintures abstraites
Rey Villalobos aime comparer les paroles de ses chansons à des peintures abstraites, dont on peut s’approprier et traduire les motifs. Ce sont des chansons d’amour, cela ne laisse aucun doute, mais traduites en un langage à la poésie puissante (“It’s the bitter side of life that I like”, comme une profession de foi tordue). Les mots disent les étreintes perdues, l’indécision, le sentiment de déracinement aussi (“Lately I’ve been feeling like a motorcycle toy”, mémorable vers de la sublime Flight qui clôt l’album). En s’y penchant, un tracé plus précis se fait jour. Ainsi l’énigmatique Roses In The Nordic Countries est née d’une phrase attrapée au vol et jetée dans un carnet, immédiatement reliée à des souvenirs d’enfance : sous le soleil perpétuel de Los Angeles, le jeune Rey Villalobos rêvait des pays scandinaves, dessinait des cartes de mémoire, s’interrogeait sur leurs paysages et leurs habitants. Adulte confronté aux adultes, il compose cette chanson qui est l’étincelle première, celle qui donnera naissance à ce premier album, discret brasier rougeoyant à la chaleur réconfortante.

Website : http://www.houseofthewolves.blogspot.fr/

Shows :

No shows booked at the moment.